Skip to main content
Submitted by admin on 08 Jul. 2012
English

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DE COMITÉ DE LA LILA,

6 OCTOBRE 2004,

HOTEL DE L’OBSERVATOIRE, MELBOURNE, AUSTRALIE

 

La réunion est ouverte à 9h05 par Robert Fleck, président.

 

Présents : Robert Fleck (BF) président – Keith Fletcher (KF) vice-président – Steven Temple (ST) secrétaire général – Kay Craddock (KC) présidente sortante – Dieter Tausch (DT) et Michael Steinbach (MS), membres du comité ; Paul Feain (PF), candidat.

 

1 – EXCUSES : sont excusés Poul Poulsen, Alain Nicolas et Anton Gerits. ST souhaite la bienvenue à Paul Feain, venu en capacité d’observateur. L’ensemble du comité regrette l’absence du trésorier, d’habitude toujours présent, et lui transmet ses souhaits de prompt rétablissement suite à l’intervention chirurgicale qu’il a dû subir.

 

2 – APPROBATION DU PROCÈS-VERBAL DE LA PRÉCÉDENTE RÉUNION DU COMITÉ À BARCELONE, 25-27 MARS 2004. Personne ne demandant la parole, KF , secondé par DT, propose l’approbation de ce procès-verbal. Adoption à l’unanimité.

 

3 – RAPPORTS

 

a) Rapport du président

BF lit le rapport qu’il va également lire lors de l’AG [une copie est annexée au PV de l’AG]. KF corrige le paragraphe 8. C’est l’ALAI qui a, en réalité, initié l’idée d’une carte d’identification de la Ligue pour les libraires. BF pense qu’un membre du comité devrait assumer la responsabilité de la préparation du futur répertoire. KF dit que les statistiques disponibles pour l’événement du mois de mai n’étaient pas révélatrices car les enquêtes s’étaient arrêtées trop top. BF répond qu’il dispose de statistiques ultérieures qui montrent que le rendement du site a augmenté. Le sujet sera discuté en AG.

 

b)    Rapport du trésorier

BF présente des documents envoyés par PP, ce qu’il fera également en AG (le rapport est également annexé au PV de l’AG).Il mentionne qu’une partie des sommes facturées lors de l’événement du mois de mai a servi à régler Névine pour le travail fourni à l’occasion de la préparation du nouveau répertoire. KF demande si la LILA a déjà ressenti les bienfaits de l’augmentation de la taxe de foire. BF le croit mais n’est pas certain que Poul ait envoyé une lettre à tous les présidents pour leur rappeler les conditions de fonctionnement de la nouvelle taxe. ST demande une justification des 4.500$ prévus pour la maintenance de la base de données des livres volés. Il pense que le chiffre est faux et qu’il avait été prévu un montant moindre. BF demande à ST d’envoyer un courriel à Rockingstone pour demander des explications. Le comité, y compris Poul Poulsen, est unanimement opposé aux propositions déposées par le SLAM visant à changer la façon dont le trésorier présente les comptes, et ne recommandera pas leur approbation lors de l’AG [que la LILA ouvre 2 comptes bancaires, l’un en  euros et l’autre en dollars US. Et que les comptes soient désormais présentés en dollars et en euros]. On note que les comptes sont depuis des années présentés à la fois en dollars et en euros. Le rapport du trésorier est approuvé à l’unanimité par le comité.

 

Poul Poulsen a envoyé les commentaires suivants à l’attention du comité :

 

« POUR LES SEULS MEMBRES DU COMITÉ

Quelques informations à leur intention :

 

Je vais faire les remarques suivantes car, depuis que je suis trésorier, les nouveaux membres du comité me demandent souvent combien  la Ligue va-t-elle leur rembourser pour couvrir les frais de déplacement pour se rendre aux réunions.

 

Selon notre règlement, la Ligue rembourse les membres du comité de leur trajet aller retour (mais pas leurs repas ni leurs frais d’hôtel), pour les réunions de comité, les assemblées générales ordinaires ou extraordinaires, sur la base du tarif en classe économique.

 

Le trésorier n’a besoin, pour cela, que d’une facture (copie ou original) établie par l’agent de voyages et/ou, le billet de transport.

 

Lors de l’assemblée générale de Bruxelles en 1995, il avait été décidé, à l’unanimité, que les membres du comité se rendant à une réunion recevraient une allocation journalière (fixée en 2003 à 100 euros par jour), ce qui donnerait :

Réunions de comité – estimées à 2 jours 200 euros

Assemblées générales et réunions de présidents

 – chacune estimée à 3 jours 300 euros

 

Ces montants seront envoyés ou donnés en main propre aux participants.

 

Toujours à Bruxelles en 1995, il avait été décidé que le président, le secrétaire général ainsi que le trésorier bénéficieraient d’une allocation annuelle de 2500 $ pour le président, et de 1000$ pour chacun des deux autres ; ces montants sont payés d’avance juste après une réunion de présidents ou une assemblée générale ; ce qui veut dire que cette allocation annuelle sera versée aux trois personnes concernées juste après nos réunions en Australie ; la prochaine allocation annuelle sera versée lors de notre prochaine réunion en 2005.

 

Les allocations journalières ou annuelles ne nécessitent pas de reçus. Elles sont versées en accord avec notre règlement. Si les montants devaient être revus, le trésorier pourrait se référer aux procès-verbaux de réunions correspondantes. C’est la seule justification demandée par notre comptable.

 

Notre comptable a également fait remarquer qu’il a besoin de reçus (originaux ou photocopies) pour tout autre remboursement effectué. La seule exception prouvant la règle sont les dépenses occasionnées par le téléphone, les fax, et la poste.

 

POUR LES SEULS MEMBRES DU COMITÉ

 

Chers Amis,

 

Tout d’abord, je voudrais remercier chaleureusement Keith, Emmanuel et Arturo pour tout le travail effectué pour la Ligue. J’ai eu du plaisir à travailler avec vous – surtout Keith avec qui j’ai collaboré pendant plusieurs années au sein du comité.

 

Je suis sûr que vous allez tous vivre un merveilleux congrès, et je regrette beaucoup de ne pouvoir être avec vous – mais je suis toujours hospitalisé, et ce n’est que la semaine prochaine que je saurai si les médecins veulent m’opérer maintenant ou plus tard  – mais je crois qu’ils veulent me poser une nouvelle valve cardiaque – et je risque donc de devoir passer une semaine supplémentaire à l’hôpital.

 

L’association danoise sera représentée, pensant le congrès et l’assemblée générale, par notre vice-président, M. Jess Jessen. Vous l’avez rencontré lors du congrès scandinave à Copenhague.

 

En référence à la proposition du SLAM, je dois dire que je n’en suis pas très heureux. Je n’aurais aucun problème à ouvrir des comptes en dollars et en euros à Copenhague, mais je dois dire que cela causera au Trésorier (moi-même si je suis réélu) des problèmes. Il faudra que je change le système comptable dans mon ordinateur – cela coûtera de l’argent, et je ne suis pas disposé à financer moi-même cette dépense. Notre comptable et la banque m’ont dit que cela me poserait des problèmes lors de l’établissement du bilan annuel.

 

Veuillez vous souvenir que nous ne manipulons pas uniquement des euros. La plupart de nos revenus sont en dollars américains puisque l’ABAA est notre plus gros contributeur, de par le nombre de leurs adhérents et de foires qu’ils organisent. Selon nos règlements, les cotisations sont de 20$ par adhérent. Nous encaissons également des couronnes suédoises et norvégiennes, des dollars canadiens et australiens ainsi que des livres sterling. La couronne danoise est étroitement liée à l’euro (plus ou moins 3%). Je ne crois certainement pas que nous pouvons économiser 10 à 15% en ayant un compte en dollars et un autre en euros. Le taux de change du dollar US est passé ces derniers 4 mois de 6.06 à 6.18, soit une différence d’environ 2%. La banque prend une commission quelle que soit la monnaie du transfert. Celui de Jelle est en euros, certains des membres du comité reçoivent leurs indemnités dans d’autres monnaies comme la couronne danoise, le dollar canadien ou la livre sterling.

 

Lorsque nous envoyons la facture concernant les appels de cotisations, celle-ci est forcément en dollars US. Nos règlements ne mentionnent qu’une cotisation en dollars.

 

Pour finir, je ne pense pas que nous ferons beaucoup d’économies en modifiant notre façon de faire – mais bien sûr, c’est aux associations nationales de décider. Si je suis réélu, je suivrai leurs recommandations.

 

Depuis 4 ou 5 ans, j’ai toujours montré les bilans annuels en $US et en euros.

 

Encore une fois, Cher Bob, comme je l’ai déjà écrit, je comprend fort bien ton désir d’embaucher de l’aide dans certains cas bien précis ou pour aider un membre du comité, mais je suis contre l’embauche d’un ou une secrétaire à mi-temps. L’année prochaine, ce sera un emploi à plein temps, et il faudra lui augmenter son salaire. C’est une dépense qui ne pourra qu’augmenter au fil des ans. Si toi ou Michael ou toute autre personne avez besoin d’une aide pour votre travail de la LILA, trouvez cette personne dans votre pays ; avec l’accord du comité, les sommes dépensées seront remboursées, et la dépense affectée aux dépenses administratives, comme elles doivent l’être.

 

Encore une fois, permettez moi de souligner que toutes ces lignes ne sont destinées à êtres lues qu’aux membres du comité et n’ont pas à être envoyées à tous les membres de la LILA – ce ne sont que des remarques personnelles. Vous pourrez utiliser certains des arguments lorsque vous discuterez des propositions françaises.

 

Je vous transmets à tous mes meilleurs souhaits pour un excellent congrès.

 

POUL. »

 

 

 

c)     Rapport du Secrétaire

ST lit son rapport [annexées au PV de l’AG]. KF suggère que chaque fois que le responsable de la sécurité reçoit un message d’un affilié à propos de livres volés, un message soit envoyé à ce libraire lui demandant de saisir la fiche du ou des livres volés dans la base de données correspondante. Lorsque nous recevons des rapports de vol provenant de bibliothèques publiques, il faut que l’association nationale du pays concerné rentre les données dans la base. Il est toujours opposé à ce que les bibliothèques publiques aient un accès direct à notre base de données et persiste à dire que c’est aux libraires travaillant avec les bibliothèques d’assumer ce travail, en collaboration avec son association nationale. Il considère toujours que la base de données est un service et un outil au profit des libraires et de son client, les bibliothèques publiques, plutôt qu’un outil promotionnel de la LILA vis à vis des institutionnels. MS soutient le point de vue de KF. PF suggère que lorsqu’une bibliothèque contacte la personne en charge de la sécurité de la Ligue, celle-ci réponde en demandant que la bibliothèque saisisse les données dans un masque électronique pré-établi, ce qui permettrait de récupérer les données dans la base de données sans avoir nous-mêmes à les saisir. Il doit être effectivement techniquement possible de faire cela sans permettre à la bibliothèque un accès direct à la base de données. BF demande si le comité accorderait l’accès à certaines polices ou bibliothèques voire à un seul officier d’Interpol ou d’une association de bibliothécaires. ST & BF soutiennent l’idée d’accorder un accès restreint à certaines personnes extérieures à la LILA, triées sur le volet. D’autres n’en sont pas convaincus, donc le comité décide de ne pas faire de recommandations particulières aux présidents. Sur la base de ces discussions, BF pense que le comité pourrait recommander aux présidents que les responsables de la sécurité au sein du comité puissent mettre à la disposition des bibliothèques un formulaire électronique pour saisir eux-mêmes la liste des livres volés tout en ne leur permettant pas l’accès direct à la base de données. 

 

4 – MATIÈRES EN SUSPENS

Nouveau vote sur la clause 2.13 du Manuel de la LILA, rubrique des us et coutumes. Le comité n’a pas de recommandation particulière à faire aux présidents. BF fait part de son intention, lors du processus menant à l’enregistrement de la Ligue en Suisse, de chercher à clarifier la manière de procéder à des votes concernant des sujets non mis à l’ordre du jour. KF propose de changer fondamentalement la structure des assemblées générales. Chaque proposition de l’ordre du jour serait discutée ouvertement par les présidents, qui retourneraient en parler à leur association. Chaque pays déciderait alors de la position à prendre et son vote serait transmis par voie électronique 45 jours après la fin de la réunion.

 

5 – LETTRE D’INFORMATION

Arnoud Gerits nous a soumis un rapport écrit [annexé au PV de l’AG]. KF se demande s’il faut revoir l’idée de publier deux versions de la lettre d’information – une pour les affiliés et l’autre pour le grand public (sans les procès-verbaux). Il suggère qu’une version publique attirerait davantage de publicité. Il ajoute que notre site internet requiert un comité de rédaction.Les pages ne se renouvellent pas assez souvent ce qui peut fournir un effet contre-productif. BF dit que Georg Beran a accepté d’être la personne responsable, au sein du futur comité, du site internet et de la question plus générale de l’internet. DT accepte de faire la liaison avec Arnoud et de l’aider à obtenir des articles et de la publicité. BF indique qu’Adrian Harrington, au sein du futur comité, a accepté de se charger des questions d’import et d’export, Paul Feain sera en charge des questions liées à la sécurité.

 

6 – MANUEL ET KIT D’INFORMATION

KC présente une version reliée du Manuel, imprimé à partir du site internet la semaine passée seulement, pour démontrer qu’une version à jour peut être téléchargée par n’importe quel libraire affilié. BF demande à ST de préparer une copie de ce kit pour chaque nouveau président et nouveau membre du comité. ACTION SUIVIE PAR ST

 

7 – ARCHIVES

ST mentionne à nouveau que nous avons signé un contrat avec la bibliothèque de l’université d’Amsterdam où sont déposées les archives de la Ligue. BF réitère qu’il faut encourager les associations et les libraires à y envoyer les archives en leur possession. ST et BF vont envoyer aux personnes concernées une lettre en ce sens. Il pense qu’il faudra peut-être engager quelqu’un pour créer un index pour faciliter les recherches. ACTION SUIVIE PAR ST & BF

 

8 – PROMOTION ET PUBLICITÉ

BF montre des graphiques et des statistiques qui montrent que l’événement électronique du mois de mai a largement fait augmenter le nombre de visiteurs vers notre site internet. De même, le trafic a augmenté après cet événement. Il pense que les efforts et les dépenses fournies en ont valu la peine (environ $10K). Il insiste sur la nécessité de trouver des moyens de faire venir les gens vers ce site. MS & DT & ST commentent le fait que le volume des ventes électroniques est à la baisse et qu’il ne faudrait pas se focaliser autant qu’avant sur l’internet. PF croit qu’il est impératif qu’un libraire qui veuille réussir sache utiliser cet outil à son avantage. Tous sont d’accord pour dire que le site est en soi très important pour nous tous. DT suggère que la LILA verse des sommes aux foires organisées sous les auspices de la Ligue à des fins publicitaires (affiches, plaquettes, etc.) Il suggère aussi que nous devrions essayer d’obtenir des media de publier des articles dans lesquels la bibliophilie serait promue en tant que mode de manière à nous attirer de nouveaux clients. KF suggère que nous pourrions louer les services d’une entreprise qui distribuerait régulièrement nos brochures imprimées et/ou nos marque-pages dans des hôtels choisis ou des salons, par exemple. BF pense que c’est une bonne idée qui vaut la peine d’être explorée, il ajoute qu’il aimerait que la LILA échange des espaces publicitaires avec des media. ST suggère que nous envoyions davantage de messages courriels au nom de la LILA, BF confirme que cela avait été très efficace pour sa propre librairie. ST dit que ces messages doivent être plus que des « spam », qu’ils doivent fournir au lecteur des informations intéressantes. Ils pourraient prendre la forme de « flash infos de la Ligue » à propos d’un événement particulier ayant lieu dans notre profession, tel que l’apparition sur le marché d’un exemplaire rarissime, unique et inconnu. KF pense que de telles actions nécessitent un rédacteur qui se chargerait d’un tel magazine électronique. BF voudrait utiliser 12.000$ du budget internet à des fins promotionnelles, électroniques ou imprimées. Le comité est d’accord pour demander aux présidents de voter cette somme. Les honoraires de Rockingstone sont également discutés. Certains pensent que nous pouvons obtenir les mêmes services, pour moins cher, ailleurs. ST dit qu’il faut informer les libraires que l’intérêt de l’internet ne réside plus seulement sur la quantité de livres que l’on peut vendre ou pas dans un mois donné, mais surtout dans la promotion à long terme de nos librairies.

 

(Ajournement pour le déjeuner à 12h35. Reprise à 13h35.)

 

9 – SITE INTERNET ET BASE DE DONNÉES

 

a)     PRÉSENCE D’AUTRES LANGUES SUR LE SITE

Les associations de langue allemande ont trouvé très cher – trop cher à leurs yeux, le prix à payer pour la présence de l’allemand sur le site. La LILA avait accepté de participer au coût financier. Le comité ne va pas demander, à ce stade, l’autorisation de dépenser des sommes pour rajouter d’autres langues sur le site.

 

b)    METTRE L’ADRESSE ÉLECTRONIQUE DE LA LILA SUR LES TICKETS D’ENTRÉE DES FOIRES

Georg Beran fait cette proposition. BF suggère que KC ajoute cette proposition au document qu’elle prépare pour aider les associations à organiser les foires et les congrès. ACTION SUIVIE PAR KC

 

c)     ABC DE LA BIBLIOPHILIE PAR CARTER.

Après de longues négociations, BF a obtenu l’autorisation d’afficher le texte complet de ce livre sur le site internet. Il pense que cela aura déjà le mérite de faire vendre plus d’exemplaires du livre lui-même. Le nouveau moteur de recherche de Google, Froogle, est brièvement mentionné, BF fait remarquer que pour l’instant il faut être géographiquement situé aux USA pour pouvoir en bénéficier.

 

10 – UNIDROIT ET EXPORT

BF n’a rien de nouveau à signaler, sauf à dire qu’il espère qu’Adrian Harrington acceptera de prendre en main ce dossier.

 

11 – STATUT JURIDIQUE DE LA LILA & ASSURANCE

KF rapporte que son enquête auprès des précédents membres du comité n’a rien donné pour connaître la raison pour laquelle la LILA avait décidé de radier son inscription au registre du commerce de Genève. Sa discussion avec un assureur anglais n’a pas été fructueuse.  Il a appris qu’il était impossible d’obtenir une assurance couvrant la responsabilité des membres du comité en dehors d’une assurance générale, et que la prime d’une telle assurance tournerait aux environs de 7-8000£ par an. Les membres du conseil d’administration de l’ABA ne sont pas couverts personnellement, mais ont une assurance peu chère qui couvre les éventuelles dépenses juridiques occasionnées sur le territoire anglais. Etant donné que la LILA ne peut pas savoir d’avance dans quel pays de telles dépenses pourraient être encourues, il lui serait tout à fait inutile d’avoir une telle assurance. BF pense qu’il faut attendre d’avoir réinscrit la Ligue auprès des autorités compétentes avant de reprendre cette discussion.

 

12 – PRIX DE BIBLIOGRAPHIE

KF va lire un rapport lors de l’AG [annexé au PV]. Nous avons juste l’argent nécessaire pour la prochaine attribution. Il faut que nous arrivions à lever une somme de 125 – 250.000US$ pour le financer de manière définitive. BF s’est assuré de la coopération de l’ABAA de manière à ce que les donateurs américains obtiennent des crédits d’impôts. Etant donné la démission de KF du comité, BF demande si MS veut bien être responsable du prix au sein du futur comité. MS accepte.

 

 

13 – CARTES D’IDENTIFICATION

Les noms sont générés à partir de la base de données, qui contient des erreurs et des omissions qui ont été revues. BF a apporté les cartes des personnes participant au Congrès. Il a décidé de dépenser 1400$ au lieu des 1200$ prévus, afin que nous ayons des cartes en blanc afin de pouvoir rapidement produire des nouvelles pour de nouveaux affiliés. DT pense que leur distribution devra être faite par les associations nationales, en même temps que le futur répertoire.

 

14 – RÉPERTOIRE

BF montre une maquette qu’il montrera également lors de l’AG. Bientôt, les présidents vont recevoir un exemplaire des informations concernant leur association, ils auront un mois pour les corriger. Le comité assurera la lecture des épreuves concernant plus spécifiquement la Ligue. 4000 exemplaires seront imprimés, dont 3000 seront donnés à la LILA. Publications UK nous reverseront 10% sur tous les exemplaires vendus par leurs soins. Le répertoire sera livré par eux en Angleterre et aux USA, la LILA devra expédier les exemplaires à partir de ces deux pays. Les exemplaires invendus par UK Publications nous seront gratuitement restitués. BF suggère que nous louions les services de la compagnie qui avait assuré la distribution du dernier répertoire.

 

15 – FUTURS CONGRÈS ET RÉUNIONS

BF suggère que le comité se réunisse en Suisse au printemps 2005. L’idée est approuvée. La prochaine assemblée générale aura lieu à Montréal du 20 au 25 septembre. Le prochain congrès aura lieu à Philadelphie en septembre 2006, et la réunion des présidents en 2007 aura lieu à Paris. BF dit être toujours enthousiasmé par la possibilité de programmer une réunion du comité au Brésil, afin que cette occasion serve à contacter à d’autres libraires sud-américains de la Ligue. Le coût financier et l’opportunité d’une chasse aux affiliés sont discutés. KF ne pense pas qu’un tel coût puisse être justifié et ne croit pas que ce soit le rôle du comité de la LILA de recruter de nouveaux affiliés. PF dit que si une visite programmée en Amérique latine pouvait faire augmenter le nombre d’affiliés, la dépense serait compensée par les nouvelles cotisations. KC dit que le but d’une réunion au Brésil ne devrait pas juste servir à encourager la création d’associations nationales pouvant rejoindre la Ligue, mais aussi êtres vue comme une courtoisie et un devoir dus à un de nos membres. BF dit qu’il aimerait remettre à plus tard la décision. Il préfère commencer par demander au président brésilien d’écrire une proposition décrivant en détail le programme qu’il pourrait proposer, afin de pouvoir prendre une décision définitive en connaissance de cause.

 

NOUVEAU

 

16 – PROPOSITION DE L’ABAC D’ENGAGER UN ASSISTANT ADMINISTRATIF

«  L’ABAC/ALAC voudrait proposer que :

La LILA engage un employé à plein ou à mi-temps pour assurer l’exécution de la plupart des taches administratives et logistiques. Cette personne se consacrerait à suivre les affaires courantes de gestion de l’organisation, et apporterait son soutien aux membres de la Ligue ainsi qu’aux présidents. Une de ses missions pourrait être d’aider aux relations avec les bibliothèques nationales, les administrations gouvernementales ou internationales telles que l’UNESCO. Par ailleurs, il est proposé que son salaire soit inclus dans le budget global de la Ligue ... Un tel employé pourrait également assister les présidents ou les autres membres du Comité qui n’ont pas de personnel pour les aider dans leurs fonctions au sein du Comité de la Ligue. »

 

BF lit un projet de description de travail et ajoute qu’il aimerait vraiment que la LILA embauche un assistant.

 

Poste: Secrétaire exécutif, LILA

 

La LILA recherche un secrétaire exécutif d'expérience, de talent, enthousiaste, bilingue (français/anglais), sachant prendre des initiatives.

 

Le candidat choisi sera un assistant administratif, dont les responsabilités incluront la mise en place et le suivi de tâches au nom du Comité de la LILA, dans des domaines tels que les relations publiques, la publicité, la coordination d'évènements, un travail éditorial avec des media électroniques et imprimés, la coordination juridique et financière, la liaison avec les associations nationales et un service général d'aide aux membres.

 

Description du poste:

 

Le secrétaire exécutif sera responsable du suivi des politiques initiées par les membres du Comité de la LILA et appliquera leurs directives en accord avec eux.

 

Les tâches principales incluront les responsabilités suivantes:

 

Le développement des campagnes publicitaires décidées par le Comité et les présidents

 

Le suivi des tâches logistiques et administratives les plus importantes

 

La transmission des informations aux membres de la LILA et aux affiliés

 

Aider à maintenir des bonnes relations avec les bibliothèques nationales et les diverses administrations.

 

La relecture et la  traduction des documents officiels, la Lettre d'information de la LILA et autres documents imprimés émis par elle.

 

La centralisation et transmission aux éditeurs de toutes les informations relatives au répertoire.

 

L'assistance au  Comité en charge des questions de sécurité dans la poursuite de sa politique d'application de la loi dans les enquêtes sur les fraudes, les faussaires et les vols.

 

La coordination avec les associations nationales

 

Le travail avec les conseillers juridiques et financiers de l'association.

 

L’extension des services rendus aux membres dans des domaines tels que l’assurance, les expéditions postales, etc. et de négocier des contrats avec des fournisseurs sur demande des présidents ou du comité.

 

Ce poste exige des bonnes qualités de communication, à l'oral et à l'écrit à la fois en Anglais et en Français, et la capacité à travailler avec un certain nombre de personnes et d'institutions  intéressantes et inhabituelles. Ce poste comprendra beaucoup de travail en liaison  directe avec les membres individuels du Comité. Cette  personne rendra compte au Comité, surtout par l'intermédiaire du Président et du Secrétaire Général de la LILA.

 

Minimum des qualifications requises:

 

Une expérience dans des projets administratifs similaires; travail avec des organismes et la coordination d'évènements publics.

 

Connaissance courante des systèmes informatiques. Connaissances comptables et financières de base.

 

Connaissances courantes en matière rédactionnelle: écriture et relecture.

 

Capacités démontrées à travailler en toute indépendance sans supervision régulière.

 

Connaissance courante de l'anglais et du français.

 

Qualifications préférentielles: une certaine familiarité avec des organismes similaires autour du monde du livre, de ses activités et évènements divers. Une expérience de travail avec des organismes sans but lucratif ou associations professionnelles similaires.

 

Termes et conditions: mi-temps, horaires flexibles.

 

ST demande comment financer ce poste. BF dit qu’il existe deux sources de financement – les 10.000$ actuellement payés pour les services de traduction, et les 7,5$ payés par affilié pour le répertoire. Si les présidents acceptent de continuer à payer ce montant même si le répertoire ne coûte plus rien à la Ligue, nous aurions les moyens de payer près de 25.000$ par an. BF dit qu’il connaît déjà une personne qui est intéressée par ce travail, il s’agit de notre traductrice actuelle, Névine Marchiset. BF dit qu’il a déjà besoin d’aide et qu’il a utilisé jusque là son propre personnel pour cela. Lorsque MS deviendra président, n’ayant pas d’employés, il aura besoin d’aide. Il vaudrait mieux s’y préparer dès à présent. KF et MS pensent qu’il vaudrait mieux que le président en fasse moins pour la Ligue plutôt que d’avoir à embaucher quelqu’un. BF demande si le comité aimerait que la charge de travail diminue. Il dit que s’il continue à assurer la présidence, il voudrai que le comité continue à beaucoup travailler. Lors de la précédente réunion de Comité, la plupart avait accepté l’idée d’une embauche extérieure, et il faudra donc recommander aux présidents de voter cette proposition.

 

La conversation se poursuit sur les congrès de la LILA en général et comment ils ont évolués au cours des années. Autrefois, le congrès était l’événement principal, la tendance actuelle est de donner de l’importance à la foire. KF et PF racontent comment des contacts établis lors de congrès leur avaient permis d’engranger des affaires substantielles. BF prédit que le congrès de Philadelphie aura un tel nombre de participants qu’il devrait régénérer l’idée des congrès de la Ligue. Il veut que le comité s’atèle à rendre les congrès le plus attrayant possible.

 

 

 

 

17 – BUDGET

BF dit que le budget sera présenté au début et à la fin de l’AG, qu’il est équilibré et que nous allons peut-être même dégager un surplus de 3.000$ lorsque nous aurons éclairci la somme imputée à la base de données de livres volés.

 

18 – ELECTIONS DES NOUVEAUX MEMBRES DU COMITÉ ET REMERCIEMENTS AUX MEMBRES SORTANTS

Aucun problème n’est attendu concernant la formation du futur comité. Cette réunion est la dernière pour KC et KF. BF espère que KC continuera à nous offrir ses conseils grâce à la messagerie électronique. KF, parlant en son nom et celui de KC, dit qu’ils seront toujours à la disposition du comité. BF parle au nom de tous pour leur faire part des chaleureux remerciements pour toutes les années de travail effectuées pour la Ligue. Ils sont vivement applaudis.

 

Des questions sont alors posées à propos de la suggestion de diviser la messagerie de la Ligue en deux listes, l’une commerciale et l’autre d’informations. ST dit que cela sera discuté lors des ateliers de travail. KF se réfère alors aux cas où la liste a été mal utilisée, notamment pour obtenir des informations sur des personnes. ST répond que cela fera partie aussi de l’atelier de travail. Il pense que la nouvelle personne en charge des questions de sécurité devra envoyer un message à la liste pour expliquer que ce genre de vérifications doit être faite de manière privée et pas publique au travers d’une liste largement diffusée. Les autres questions à l’ordre du jour de l’atelier de travail de ST sont brièvement revues.

 

L’ordre du jour étant épuisé, KC, secondé par KF,  propose de clore la réunion. La réunion est levée à l’unanimité, à 16h30.

 

 

Steven Temple,

Secrétaire

 

Melbourne 2004 (Committee)
English